De l’importance des blogues…

Suite au billet de Charbel Matni « Blogue dans les entreprises ! »

Mais qui sont dont tous ces gens qui lisent des blogues? Bon à la rigueur je veux bien admettre qu’il y ait du monde captivé par les blogues des artistes, politiciens, journalistes et même de certains blogueurs « professionnels » qui charment le public par leur babillage éclairé. Mais des blogues de compagnie?

Pourquoi voudrait-on suivre le blogue d’une compagnie d’arpentage ou de d’installation de fenêtres? Est-ce qu’on ne pourrait pas tout simplement retourner à simplement donner de l’information dans différentes sections du site Web et ajouter les nouveautés dans une section de « questions fréquentes » ou encore dans une section « nouveautés »?

Sur le site qui héberge mon blogue ils ont déjà près de 290 000 blogueurs! Impossible que nous ayons tous quelque chose d’intéressant à dire; moi la première! Il n’y a pas si longtemps il suffisait d’avoir un site Internet mais maintenant il faut un blogue, un fil RSS et être actif sur Twitter. Tout ça ne semble pas améliorer la qualité des produits ou services! On est en droit de se demander à quoi sert d’avoir le « kit complet » pour une compagnie.

J’avoue que jusqu’à peu j’avais tendance à ne pas prendre au sérieux une compagnie qui bloguait… Mais bon, si les politiciens bloguent ça doit être sérieux…

Publicités
Publié dans activité C, Étudiante, Blog, module 3 | Laisser un commentaire

Les conséquences de la quasi-gratuité du Web.

Dans le module 6 du cours de Web social on parle de l’ouverture que le Web a apporté à la diffusion de l’information:
« Les coûts associés à la diffusion de l’information sous forme électronique sont si minimes qu’ils n’entrent pour ainsi dire plus dans l’équation. »

La notion de quasi gratuité de l’information grâce à l’Internet n’est pas nouvelle. On en parle depuis plusieurs années et elle a fait peur aux grands médias traditionnels, et avec raison. Plusieurs grands journaux, des institutions, ont dus fermer leurs portes suite à la baisse drastique du lectorat. Pourquoi payer pour un journal quand on peut avoir l’information gratuite en ligne? Les journaux ont été les premiers et les plus durement touchés. Mais, souvent, la qualité des reportages en lignes laisse à désirer.

Ce qui est la plus grande force du Web : sa quasi-gratuité est, selon moi, sa plus grande faiblesse. Plus besoin de dépenser des milliers de dollars en publicité quelques dollars par mois et voilà vous avez un hébergement pour votre site que vous pouvez créer vous-mêmes avec des logiciels gratuits offerts par les sites d’hébergement. Vous pensez bien connaître un sujet et aimeriez échanger votre savoir pour de l’argent? Et bien vous n’avez qu’à offrir des cours en ligne.

Il suffit de donner un air professionnel à son site et les gens croient que ce qui y est écrit est la vérité absolue. En fait plusieurs croient même à tous les conseils donnés dans des forums! C’est vrai que ce n’est pas parce que c’est dans un livre que c’est la vérité. Toutefois l’effort et les coûts demandés pour publier un livre demandent réflexion et limitent, plus ou moins, les candidats. Aujourd’hui il est facile et peu coûteux de publier un livre avec des services comme
Lulu.com. Naturellement une fois publié notre livre est loin encore de la distribution!

Pour plusieurs le Web représente la liberté d’expression, la gratuité de l’information et des connaissances en plus d’éclater les frontières. Tout ça est vrai mais ce n’est pas un gage de qualité. J’ai travaillée longtemps avec les oiseaux de compagnie et j’ai pu constater que beaucoup d’information erronée, et souvent dangereuse, circulait sur le Web. Malheureusement il n’y a pas de solution idéale et on ne peut empêcher les gens d’écrire ce qu’ils veulent sur leurs sites et forums. Je dois avouer que j’ai quand même entende et lu beaucoup de mauvaise information lors de conférences et dans des livres… Malgré tout le bassin de gens rejoint par cette information est moindre que par le Web, et c’est une de mes craintes.

Publié dans activité C, Étudiante, Blog, module 6 | Laisser un commentaire

Billet introduction site web usineachiots.com

Visitez mon site Web www.usineachiots.com .

Un site nuancé pour mieux comprendre ce que sont les usines à chiots au Québec, une situation désolante et encore peu connue. Contrairement aux autres sites traitant du même sujet mon site est nuancé et ne donne pas dans une agressivité injustifiée envers tous les gens qui travaillent dans l’industrie animalière.

Vous pourrez y lire les prises de position de l’organisme PIJAC, un organisme canadien qui travaille fort à établir des normes et règlements pour améliorer les conditions de vie des animaux de compagnie.

Publié dans Activité B | Laisser un commentaire

En grève de l’ordinateur !

Suite aux billets de David Morin et de Frédéric

C’est certain que l’Internet est un plus dans notre vie et que plusieurs de ses applications ne sont rien de moins que géniales.

Comme mentionne Frédéric, moi aussi je préfère souvent envoyer un courriel que la personne lira quand elle en aura le temps plutôt que de la déranger en lui téléphonant. Là où je bifurque c’est dans le besoin d’être au courant de tout ce qui se passe dans la vie de mes amis et connaissances.
David mentionne qu’il s’est aperçu qu’en suivant ses amis sur Facebook il a découvert qu’il n’était pas toujours au courant de tout ce qui se passait dans leur vies. Peut-être que c’est parce que mes amis (es) sont aussi réactionnaires que moi mais je ne manque pas grand-chose dans leur vies puisque nous sommes pas mal tous anti-Facebook.

De toute façon je ne tiens pas à tout savoir toujours. Je ne tiens pas non plus à être toujours joignable. De la même façon que mon cellulaire est toujours fermé et n’est qu’un outil de dépannage pour moi, je désire pouvoir fermé la « switch » de l’Internet quand j’en aie envie. Il m’arrive régulièrement de faire la « grève » de l’ordinateur complètement pour deux ou trois jours. J’utilise la fonction de réponse automatique de mes courriels pour que personne ne se vexe parce que je ne réponds pas. C’est un sentiment très libérateur de ne pas ouvrir d’ordinateur du tout pendant quelques jours. De toute façon je suis généralement joignable au téléphone et j’y réponds aussi beaucoup plus vite! Je trouve qu’il est souvent plus rapide d’expliquer les choses de vive voix que de fonctionner par courriels.

Terminer une conversation téléphonique n’est pas un casse-tête contrairement à terminer un échange par courriel! Qui ne s’est jamais demandé si un courriel demandait une réponse ou pas? On demande une information à quelqu’un, cette personne nous donne l’information, on lui retourne un mot de merci, elle nous retourne un bienvenu avec un petit commentaire humoristique, est-ce qu’on répond encore?

C’est vrai que l’Internet a l’avantage de nous permettre de garder des liens avec des gens qui sont géographiquement éloignés mais, personnellement, si je ne n’ai jamais rencontré ces gens face à face je n’ai pas d’intérêt à établir des liens Internet!

En fait tout reviens toujours au temps dont on dispose et de ce que l’on désire en faire. Certains préfèrent connaître plus de gens plus superficiellement et changer de groupes sociaux régulièrement et d’autres, comme moi, préfèrent connaître moins de gens mais mieux les connaître. Pour moi c’est comme la façon de voyager : j’aime aller longtemps dans un même endroit pour bien le connaître, voir, me créer l’illusion que j’y vis et d’autres veulent couvrir le plus grand territoire et voir le plus de choses possibles.

Publié dans activité C, Étudiante, Blog, module 6 | Laisser un commentaire

A bas les fautes d’ortographes, bis!

Suite au billet de Charles « À bas les fautes d’orthographe dans les blogues! » je dois admettre que je suis aussi intolérante aux grosses fautes d’orthographes et de syntaxe. Par grosses j’entends celles que je discerne ! Et oui, tout étant toujours relatif dans la vie je dois très certainement lire plusieurs textes truffés de fautes que je ne discerne pas et reste sous l’impression qu’ils étaient bien rédigés…

Ce qui me désole surtout c’est de voir des fautes qui auraient été facilement évitées en utilisant le simple correcteur de Word ! Pas besoin d’avoir Antidote ou les services d’un réviseur professionnel pour « attraper » les fautes les plus évidentes ! Simplement de se donner le trouble de commencer par écrire son billet dans une page Word puis de copier coller dans notre blogue.

Mais pour moi le plus agressant est de voir les nombreux anglicismes et calques sémantiques qui parsèment les textes un peu partout, même dans les notes de cours de professeurs d’université… Personnellement je ne suis plus capable d’entendre ou de lire : faire avec, faire du sens, canceller, scéduler, etc. Où on parle en français ou en anglais mais pas une combinaison des deux ! On peut utiliser des expressions anglaises en anglais mais pas les traduires en français.

Publié dans activité C, Étudiante, Blog, module 3 | Laisser un commentaire

Le monde est petit !

Un article paru dans Workopolis relate quelques anecdotes amusantes de gens qui ont perdus leurs emplois suite à une utilisation imbécile des médias sociaux.

Ce n’est pas nouveau d’aujourd’hui que les gens parlent plus rapidement qu’ils réfléchissent. Toutefois c’est plutôt récent que les stupidités qu’ils énoncent se propagent avant même qu’ils aient le temps de soigner leurs gueules de bois! Il n’y a pas si longtemps le commun des mortels pouvait faire les pires niaiseries et seul un petit groupe de personne était au courant. Aujourd’hui pas besoin d’être une vedette pour que nos bévues deviennent un évènement.

Plusieurs personnes sont devenues tristement « célèbres » avec des médias comme YouTube ou simplement par des envois massifs de courriels rapportant les paroles et faits jugés « drôles ». Ce qui est dommage c’est que même si nous utilisons prudemment et intelligemment ces médias rien ne garantis que nous ne nous y retrouverons pas, de toute façon, à notre désavantage.

Le grand classique des clichés « le monde est petit » n’a jamais été aussi vrai que depuis l’avènement du Web 2.0!

Publié dans activité C, Étudiante, Blog, module 5 | Laisser un commentaire

Réponse au billet de Virginie : Beautiful People

billet de Virginie : Beautiful People

Finalement c’est arrivé : un réseau social Internet à l’image d’un bar!

À une époque lointaine il n’y avait pas d’Internet et les gens devaient se contenter des rencontres face à face pour se créer un réseau social, quelle tristesse… Impossible de s’assurer que les gens rencontrés auraient les mêmes intérêts et encore moins de contrôler l’apparence physique de ceux-ci.

S’il est difficile de contrôler les intérêts des gens avant de les laisser entrer dans un bar il est beaucoup plus facile de choisir ses clients sur le critère de l’apparence physique. Nous savons tous que plus un bar est « in » plus la sélection est sévère à la porte. Certains restaurants peuvent se permettent le même fonctionnement. Un site comme BeautifulPeople.com ne fait que reproduire ce vieux procédé. Oui c’est superficiel, oui c’est plutôt ridicule mais pas vraiment plus que de dépendre de l’approbation d’un « doorman » pour aller danser ou prendre un verre!

Je n’aurai tout simplement pas envie de m’inscrire à un tel site comme je n’ai jamais eue envie d’aller faire la file devant un bar sélect. Mais force est de reconnaître que le monde est rempli de gens prêts à se laisser juger. Intriguée, je suis allée naviguer sur leur site et il faut avouer qu’il y a des « beautiful people » à la pelletée!

Par curiosité j’ai fait une recherche pour voir les membres inscrits entre 45 et 60 ans… Personne! Est-ce qu’ils ont été tous refusés à la porte? On peut espérer que c’est plutôt parce que les gens dans ce groupe d’âge n’ont plus besoin de chercher l’approbation des autres…

Publié dans activité C, Étudiante, Blog, module 5 | Laisser un commentaire